Occuper pour protéger

"Passeggiata" (marche) de reconnaissance des opposants au projet de TGV Lyon-Turin vers le chantier de percement du tunnel. Val de Suse, Giaglione, Italie le 27 juillet 2013.

Lors du forum social mondial de Tunis qui s’est tenu en mars 2013, une charte a été adoptée contre les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII). Ces grands projets qualifient des projets d’aménagement du territoire coûteux, favorisant le lobbying des grandes entreprises de BTP et l’endettement de l’état, au détriment du bon sens écologique et économique. L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, en est l’exemple le plus connu.

(Cliquez sur les images pour accéder à la galerie complète)

Tôt le matin, guetteurs sur une barricade, surveillant l'évolution des forces de l'ordre. Au premier plan, des jerricans d'essences sont prévus pour incendier le barrage. Notre-Dame-des-Landes, le 23 novembre 2012.


Sous-estimation du budget, surestimation de la fréquentation future, partenariats public-privé ou le secteur public assume seul les déficits, projets initiés il y a plusieurs décennies et inadaptés aux nouvelles réglementations écologiques, décisions unilatérales, non prise en compte des concertations locales, sont autant de caractéristiques des Grands Projets Inutiles et Imposés.

Opposants au projet CIGEO (enfouissement de déchets nucléaires en couches géologiques profondes) descellant les pans de mur ceinturant le futur chantier dans le but de les faire tomber. "La volupté de la destruction est une volupté créatrice". À Bure le 14 aout 2016


Un certain nombre de ces lieux sont l’objet d’une lutte pour tenter de contrer ces chantiers. Il s’agit pour les opposants d’occuper le terrain pour protéger les sites naturels menacés. Ces militants radicaux vivent dans des campements constitués en Zones A Défendre (ZAD), alternatives à la société actuelle. Ces lieux ne sont pas cloisonnés, mais constitués en réseaux, partageant les même techniques de désobéissance civile, et susceptibles de mobiliser un nombre conséquent de militants lors de moments clefs.

Poête déclamant sur un tracteur, lors du premier rassemblement contre l'A45, suite à l'engagement de Laurent Wauquiez (président de la région Rhône-Alpes-Auvergne) de financer l'autoroute Lyon-St Etienne à hauteur de 140 millions d'euros. Mornant (69), le 17 septembre 2016

Ce reportage, réalisé entre 2012 et 2016 a été réalisé sur les lieux suivants :

- Notre-Dame-des-Landes, et son projet d'aéroport à coté de Nantes

- Les No-TAV dans le Val Susa en Italie, contre le projet de ligne TGV Lyon-Turin

- Le grand stade de l'Olympique Lyonnais à Décines (Grand Lyon)

- Le projet de scierie industriel ERSCIA dans le Morvan, et la ZAD du bois du Tronçay

- La Zone A Défendre contre le projet de Center-Parc à Roybon en Isère, dans le bois des Chambarans

- Le site d'enfouissement nucléaire de Bure, dans la Meuse

- Le projet d'autoroute A45 joignant Lyon et St Etienne

Opposants au projet CIGEO (enfouissement de déchets nucléaires en couches géologiques profondes) à Bure. Aout 2016.

Les images ont été réalisées en noir et blanc argentique, pour des raisons de légèreté, de discrétion et d'autonomie. Les tirages ont été réalisé de manière artisanale par l'auteur.

Une première exposition à eu lieu à la galerie de l'Abat-Jour à Lyon, au printemps 2014, elle a été financée de manière participative sur Ulule (crowdfunding) et les bénéfices ont été reversés à l'association Agir pour l'environnement, qui avait édité le Petit Livre Noir des Grands Projets Inutiles

Une seconde exposition, à la galerie IMMIX à Paris, s'est tenue le 30 mai 2015.

Une troisième à Notre-Dame-des-Landes
(juillet 2022) pour les 10 ans de l'Opération César, la tentative d'expulsions qui a contribuée a médiatiser la ZAD.

Ce reportage à notamment été publié dans S!lence, magazine d'écologie politique ainsi que dans Manière de Voir, le magazine du Monde Diplomatique.

Mise à jour 2022 :
Un deuxième chapitre s'ouvre.

Comme presque tous les ans maintenant, les thermomètres accusent de nouveaux records de température et chacun peut constater, impuissant, l’absence de remise en cause des fondamentaux qui ont amené nos sociétés dans l’impasse.
Un tableau comme celui-ci à de quoi désespérer. Et pourtant un modèle existe, dans lequel la détermination à permis, en quelques années, d’empêcher la construction de projets destructeurs pour l'environnement :

- D’une retenue d’eau gaspillant la ressource au bénéfice d'un mésusage agricole
- D’une méga-scierie / incinérateur industriel
- D’un port de plaisance dans les terres
- D’une bulle tropicale de 200 hectares en pleine forêt.
- D’un aéroport

Ces luttes menées sur un schéma conjuguant occupation du site et bataille juridique, ont été remportées soit par un rapport de force politique, soit par une victoire juridique. Aujourd’hui, la boite à outil « ZAD » est toujours disponible.
2022 est le 10è anniversaire de l’opération César, tentative d’expulsion du bocage de Notre-Dame-des-Landes qui a fortement contribué à médiatiser le projet d’aéroport. Plus de 1000 gendarmes furent mobilisés pour faire place nette et engagèrent le rapport de force qui aboutit in fine à la victoire de la ZAD.

Après une absence photographique prolongée, je reviens donc dans le jeu pour participer à la bataille des idées, et apporter ma modeste contribution pour travailler un imaginaire collectif nécessaire pour sortir collectivement de ce guêpier.

La question de l'eau devient de plus en prégnante. De nombreuses méga-bassines sont en construction, gaspillant la ressource au bénéfice d'une économie productiviste et sans discernement. Soit pour profiter à l'enneigement artificiel dans les Alpes, ou bien pour soutenir un modèle agricole à bout de course (faire pousser du maïs, très demandeur en eau, nécessaire à la production de viande)